Tout ce que vous devez savoir pour acheter des roues de VTT

Tout ce que vous devez savoir pour acheter des roues de VTT

Vélo de montagne

Les roues sont l’un des premiers composants qu’un cycliste change généralement lorsqu’il améliore son VTT. C’est un investissement fréquent qui se fait généralement entre 1 et 2 ans après l’achat du vélo, lorsque suffisamment de temps s’est écoulé pour disposer d’un budget avec lequel améliorer le vélo et que notre évolution en tant que cycliste nous invite à vouloir améliorer nos performances.

Si vous en êtes là et que vous envisagez d’acheter des roues pour votre VTT, il y a un certain nombre de notions que vous devez connaître avant de vous décider pour l’une ou l’autre.

>> Voir offre roues de VTT

La distribution du poids

Pneu arrière mouillé d'un vélo de montagne

L’une des principales raisons de changer de roue est le poids. Dans le cyclisme en général, et le VTT en particulier, il existe une obsession pour avoir les composants les plus légers possibles.

Certes, les roues sont d’une importance capitale lorsqu’il s’agit d’alléger le poids d’un vélo, mais il faut savoir que tous les éléments d’une roue n’ont pas la même influence sur la répartition du poids. C’est une question de loi physique.

Nous savons tous que pour déplacer un certain corps, nous devons appliquer une énergie ou un travail nécessaire pour le déplacer. Ceci est l’énergie cinétique.

Ainsi, l’ensemble de notre vélo sera affecté par l’énergie cinétique de translation (travail nécessaire pour déplacer un objet dans l’espace), et les roues seront également affectées par l’énergie cinétique de rotation (travail associé à un mouvement de rotation avec une vitesse angulaire), ce qui peut faire que le poids des roues soit deux fois plus efficaces que pour le reste des composants de notre vélo.

Mais cette dernière affirmation est très relative, car selon l’endroit où nous gagnons du poids à nos roues, cela sera plus ou moins perceptible, et plus nous sommes proches du centre de rotation, moins cela affecte l’énergie cinétique de la rotation. Le poids d’un axe traversant ou d’un moyeu a donc beaucoup moins d’influence que le poids de la jante ou du pneu.

Il est important de garder cela à l’esprit, car nous commettons parfois l’erreur de dépenser quelques euros de plus pour des roues avec un moyeu plus léger, en pensant que nous serons plus léger avec elles. Cependant, si la jante est plus lourde, l’effet ne sera pas aussi avantageux.

Quel matériau est le meilleur ?

Pneu vélo de montagne

Sur le marché, vous pouvez trouver des roues fabriquées dans différents matériaux ou même une combinaison de ceux-ci. Par exemple, certaines roues ont un cadre en aluminium (rayons et jante) et une piste de freinage en carbone. Les caractéristiques que l’un ou l’autre matériau apporte aux roues sont les suivantes :

Acier

Oui, bien qu’il semble que tout soit dominé par l’aluminium et le carbone, les roues en acier sont toujours fabriquées. Ce sont des roues très lourdes qui sont généralement utilisées pour les vélos de gamme inférieure. Donc, si vous cherchez à améliorer votre vélo, vous ne devriez pas envisager de les acheter.

Aluminium

L’aluminium est actuellement le matériau le plus utilisé pour les roues de VTT, bien que cette tendance change lentement, car les vélos professionnels et les vélos amateurs haut de gamme utilisent désormais des roues en carbone.

Les principaux avantages de l’aluminium se reflètent dans le prix (moins cher que les roues en carbone) et le poids (plus léger que les roues en carbone).

Carbone

Les avantages du carbone sont déjà mis en œuvre dans presque tous les composants du cyclisme, mais dans les roues de VTT, il coûte plus cher en raison de la sensation de fragilité qu’il provoque. Nous avons tendance à penser qu’elles sont plus fragiles que les roues en aluminium.

Les principaux avantages des roues en carbone pour le vélo de montagne sont notables. Le poids, sans aucun doute, est la première chose qui attire notre attention, et nous pouvons parler d’un demi-kilogramme de différence entre les roues en aluminium et en carbone (avec tout ce que cela implique, comme nous l’avons vu précédemment).

En revanche, ils offrent une plus grande rigidité et une meilleure capacité d’accélération, ce qui permet une conduite plus souple.

Mais il y a un gros point négatif et c’est le prix, puisque les roues en carbone de bonne qualité peuvent démarrer à environ 1 000 €, tandis que leurs équivalents en aluminium seront environ deux fois moins chers, soit environ 500 €.

Comment protéger les roues en carbone

Cycliste avec vélo de montagne

Avec l’arrivée du carbone dans les roues de VTT et la tendance croissante à utiliser des pneus tubeless, nous avons tous notre première crainte : que se passe-t-il si je casse le pneu ou si j’ai une crevaison qui ne scelle pas le liquide tubeless ? Et si je heurte un rocher ?

D’après mon expérience personnelle, les roues en carbone sont plus résistantes qu’elles n’en ont l’air et ne se brisent pas à la moindre fissure de jante, comme le craignent de nombreux passionnés. Cependant, pour nous rassurer, de nombreuses marques ont commencé à commercialiser un composant appelé la mousse.

La mousse cylindrique (généralement composée de polymères de faible densité) est placée à l’intérieur du pneu pour éviter un éclatement de la jante en cas de perte de pression.

Elle est utilisée avec le liquide tubeless. L’inconvénient est le prix, qui, selon la marque, est d’environ 40 à 50 € par unité. De nombreuses personnes se plaignent également que lorsque la couche superficielle se fissure, la mousse peut absorber tout le liquide du tubeless. Il est donc nécessaire de vérifier périodiquement l’état du pneu.

>> Les avantages de l’utilisation de pneus tubeless pour VTT

Largeur des jantes

Actuellement, la tendance du marché est d’avoir des jantes de plus en plus larges, ce qui nous donne plus de stabilité, de confort et, grâce à elles, nous pouvons rouler avec des pressions plus faibles. Cependant, elles présentent l’inconvénient qu’une jante plus large implique un poids plus élevé.

Si vous cherchez à alléger votre vélo autant que possible et que vous écartez l’idée d’acheter une jante plus large pour cette raison, vous devez garder à l’esprit que vous sacrifierez une conduite plus confortable et une meilleure traction.

Types de rayons

Mécanicien qui bricole un pneu

Les rayons de la roue sont un élément qui passe souvent inaperçu et dont nous ne tenons pas en compte dans notre décision d’achat.

Les rayons sont chargés de supporter toute la tension entre la jante de la roue et le moyeu. Selon le matériau et le traitement dont ils sont faits, ils peuvent offrir certains avantages en matière de conduite.

Combien de rayons doit avoir une bonne roue de VTT ? Normalement, il est recommandé d’avoir 28 rayons, mais ce nombre n’est pas une règle fixe. Il peut y avoir des roues avec un plus petit nombre de rayons, mais plus résistantes car elles recevront plus de tension. Vous pouvez également trouver sur le marché des roues avec un plus grand nombre de rayons pour absorber moins de pression sur chaque rayon, mais elles peuvent être de moins bonne qualité.

En fonction de leur géométrie, les rayons peuvent être ronds ou plats. Généralement, cela ne devrait pas affecter leurs performances, il s’agit simplement d’une question d’esthétique.

En fonction du système d’ancrage au moyeu, les rayons peuvent être coudés ou droits (également appelés « straight pull »). Les rayons coudés sont plus économiques et finissent par faire un angle pour s’ancrer au moyeu. C’est cet angle qui subit le plus de contraintes. Les rayons à traction droite vont directement dans le moyeu et sont plus fiables car ils répartissent la pression sur l’ensemble du rayon et non sur un point précis.

Types de moyeux

Moyeu QR

Le moyeu est la partie centrale de la jante, où l’axe de la roue est relié au vélo. Il est plus important qu’il ne paraît, car lors de l’achat de roues de VTT, de nombreux cyclistes ne savent pas de quel type de moyeux et d’axes ils ont besoin. Voici les différents types de moyeux :

QR

Ce système était celui utilisé par le passé sur la plupart des vélos, avec une largeur de 100 millimètres pour la jante avant, 135 millimètres pour la jante arrière et un serrage rapide de 5 millimètres.

Axe traversant

Avec l’apparition des axes traversants, les mêmes largeurs de moyeux ont été conservées à l’avant et 142 mm à l’arrière, gagnant en rigidité avec ce nouveau type de fermeture.

Système Boost

Le système Boost est un nouveau standard de moyeu qui a commencé à être mis en œuvre à partir de 2017 (15 x 110 millimètres pour la roue avant et 12 x 148 millimètres pour la roue arrière).

Ce changement de largeur a permis d’augmenter la rigidité des roues en faisant varier l’angle d’attaque des rayons et en obtenant un plus grand débattement des roues, ce qui permet de monter des pneus plus larges.

En outre, pour les fabricants de vélos, la mise en œuvre du système Boost facilite la conception de la base arrière plus plates qui absorbent mieux les vibrations.

Vous devez tenir compte du cadre du vélo que vous avez, car les roues qui utilisent le système Boost ne peuvent pas être montées sur des cadres préparés pour 100 et 142 mm.

Pour l’enduro et la descente, nous atteignons des largeurs de 20 x 110 mm et 12 x 150 mm.

Conclusions

Si ce qui compte le plus pour vous, c’est d’améliorer votre vélo de montagne, que vous voulez constater une grande amélioration des performances et que vous avez un certain budget de côté, les roues en carbone avec système boost compatible avec votre cadre sont la meilleure option.

Si votre budget est plus serré, mais que vous souhaitez tout de même améliorer votre vélo, vous trouverez pour 400 à 500 euros des roues en aluminium qui augmentent les performances des roues standard de votre vélo.

>> Voir roues de vélo de montagne

Written by
Tuvalum
Join the discussion

Tuvalum Blog

Menu