Comment se préparer pour sortir en vélo en hiver

Comment se préparer pour sortir en vélo en hiver

Fatbike dans la neige

L’hiver est la pire période de l’année pour ceux qui pratiquent le cyclisme. Le froid, le vent, la pluie et l’obscurité des jours plus courts deviennent un ennemi qui nous invite à rester à la maison au lieu de sortir pour continuer à profiter du vélo.

Cependant, la poursuite de la pratique du cyclisme en hiver est essentielle pour préparer la saison suivante et nécessite une persévérance et des efforts supplémentaires.

Survivre en novembre

Tout cycliste identifie le mois de novembre comme le mois de pause. Vous devez vous arrêter, sinon vous risquez de vous épuiser. Mentalement, le cyclisme est un sport très dur. Nous passons de nombreuses heures sur le vélo. C’est pourquoi il est fortement recommandé de faire une pause en novembre.

Quand je parle d’arrêter, je ne veux pas dire oublier le vélo, mais plutôt réduire le nombre de séances de vélo au profit d’autres activités. Les fameux escaliers de Zugasti, un peu de gymnastique, d’autres sports qui nous donnent un plus dans les loisirs comme le tennis, la course à pied… Tout ce qu’il faut pour se détendre l’esprit sans oublier que faire du sport est notre mode de vie.

Dans mon cas, je me concentre sur la natation et le fitness, ainsi que sur un peu de surf. C’est ainsi que je parviens à rester en forme et à faire une pause dans le cyclisme. Je fais environ 500 heures par an avec plus de 10 000 kilomètres. Et cela, que vous le vouliez ou non, a un impact sur l’esprit.

De décembre à février : pédaler par temps froid et pluvieux

Vélo de route et culotte long

Une fois la pause terminée, c’est l’heure de la base. Il y a des kilomètres à parcourir. Et beaucoup. Fréquence cardiaque autour de 120 en moyenne et beaucoup d’heures. Dans mon cas, j’ai fait entre 10 et 15 heures par semaine la saison dernière, en cherchant à élargir le cœur et à obtenir un meilleur rythme cardio-pulmonaire. Ce sont des choses que Chema Arguedas a mises dans nos têtes et qui se sont concrétisées.

À ce stade, nous devons parler du froid, le grand point de différenciation qui rend le cyclisme en hiver moins attrayant. Il n’y a aucun doute là-dessus.

Le froid ne nous touche pas tous de la même manière. En France, selon que vous habitez au nord, au sud ou à l’est, les conditions météorologiques durant ces mois sont très différentes. Ce n’est pas la même chose d’aller faire un tour en janvier à l’Ile que sur la côte de Marseille.

Personnellement, vis et je m’entraîne dans les Asturies, je vais donc faire référence au climat que nous subissons en hiver dans le nord de l’Espagne.

Quels vêtements acheter pour le vélo en hiver ?

Il est temps d’oublier vos shorts courts, vos maillots d’été et vos gants courts. Il est temps de lutter contre le froid, le vent et l’eau. C’est pourquoi il est fortement recommandé d’investir dans des vêtements de qualité. Voici mon équipement pour les mois d’hiver sur le vélo :

  • Maillot de corps sans manches d’été BTWIN.
  • Sous-pull thermique d’hiver à manches longues Santic.
  • Maillot thermique à manches longues Nalini, combiné avec le gilet Bikineros.
  • Veste thermique coupe-vent Mobel Sport.
  • Cuissard long d’hiver Mobel Sport (légèrement plus gros que celui d’été).
  • Short à bretelles Nalini.
  • Chaussettes d’hiver Rifyl.
  • Chaussettes imperméables Sealskinz.
  • Gants imperméables Gore Bike Wear.
  • Gants fins Nesta
  • Veste de pluie Nalini.Bandeau élastique Sportful.
  • Couvre-chaussures mince et imperméable POC.
  • Avec la bonne combinaison de ces matériaux, je parviens à ne pas trop m’exposer au froid et à lutter contre la pluie sans trop souffrir.

S’il est vrai que la pluie est un facteur qui peut nous faire abandonner l’itinéraire, dans ma région, elle apparaît généralement soudainement, par magie, et il est donc très important que les vêtements que nous utilisons soient au moins un peu imperméables.

Gants et chaussettes, votre meilleur allié

Chaussettes de cyclisme

De tout l’équipement que j’utilise, la clé est probablement les gants et les chaussettes. Pour un investissement minimum d’environ 25 euros dans chaque complément, vous obtenez un confort énorme sur les routes d’hiver. Avec des mains et des pieds froids ou mouillés, le « plaisir » disparaît.

La veste est un autre point fort lorsqu’il s’agit d’investir dans un équipement. Ici, il existe de nombreuses options, car en fonction des pluies et de la température dans notre région, nous pouvons réduire considérablement l’investissement.

Par exemple, pour des températures comprises entre 8 et 15 degrés, tant les marques mentionnées ci-dessus que certaines marques plus haut de gamme telles que Gore Bike Wear, Castelli ou Sportful, disposent de modèles que l’on peut se procurer, achetés pour la période désirée, pour moins de 100 euros.

Les chaussures d’hiver

Chaussure de route à scratch

Il y a ceux qui dépensent beaucoup d’argent pour avoir des chaussures de vélo spécifiques pour l’hiver. De mon point de vue, en parlant du cyclisme sur route, cela n’en vaut pas la peine.

Avec des couvre-chaussures imperméables (même s’il ne pleut pas sur la route, la route est souvent humide) et des chaussettes de qualité, le problème est résolu.

Si vous pratiquez le vélo de montagne, la situation est différente. En VTT, les couvre-chaussures finissent souvent par être détruits. Et nous parlons d’un investissement d’environ 25 à 50 euros.

Pour VTT, il est peut être plus intéressant d’acheter directement une paire de chaussures spécifiques à l’hiver.

S’entraîner avec un rouleau

Vue arrière d'un cycliste sur un rouleau pour vélo

Le trainer fait partie du cycliste. Nous avons tous un trainer à la maison pour les jours de vent et de pluie. Et cela ne devrait pas être une punition de les utiliser.

Quelques séances par semaine, d’un peu plus d’une heure, ne devraient pas représenter un effort trop important, surtout aujourd’hui, avec la multitude de plateformes virtuelles où l’on peut se mesurer à ses amis : Bkool, Zwift, etc. On peut même regarder une série, un film ou lire en s’entraînant chez soi sur le trainer !

En mars 2016, j’ai subi une opération du genou et on m’a recommandé le vélo d’appartement pour retrouver ma mobilité et ma force. Eh bien, je me suis inscrite dans une salle de sport et j’ai regardé l’intégralité de la série HBO Les Sopranos (oui, sur un téléphone portable).

Pour me forcer à faire du vélo d’appartement, je me suis promis de ne regarder la série que pendant que je pédalais. Il n’a donc pas fallu faire beaucoup d’efforts pour récupérer mon genou en parfait état, car la série m’avait totalement accroché. Superbe série, d’ailleurs. Fortement recommandé.

Conclusions sur la poursuite de la pratique du vélo en hiver

L’hiver est difficile et trop long. Mais si on déconnecte le mois de novembre en pratiquant d’autres sports, qu’on se procure le matériel nécessaire et qu’on s’organise pour avoir une bonne base (ainsi que du fitness), l’hiver nous aidera à arriver au début de la saison suivante comme neuf. Et nous prendrons plus de plaisir à faire du vélo que l’année précédente, et c’est l’essentiel.

Join the discussion

Tuvalum Blog

Menu