Que faire en cas d’accident de vélo ?

Que faire en cas d’accident de vélo ?

Cycliste est au sol

Rouler à vélo est une activité saine, elle n’émet pas de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, elle évite les embouteillages en ville et ne vous oblige pas à parcourir les rues à la recherche d’un stationnement. Et, surtout, nous l’aimons.

Cependant, le vélo a toujours eu un taux d’accidents élevé. Entre 2009 et 2015, le nombre d’accidents impliquant des cyclistes a doublé. En grande partie, à cause de l’augmentation de son utilisation en ville et parce que son utilisation pour se rendre au travail est en hausse.

Mais aussi parce que la coexistence entre les voitures et les vélos sur les routes est toujours une question en suspens et qu’il y a malheureusement encore des accidents impliquant des cyclistes.

Entre les mêmes années (2009 et 2015), le nombre de personnes blessées dans des accidents impliquant des cyclistes qui ont dû être soignées à l’hôpital est passé de 489 à 652. Six sur dix d’entre elles n’avaient commis aucune infraction. La cause la plus fréquente des accidents impliquant des cyclistes est la collision avec des véhicules à moteur.

Le vélo est un moyen de transport sûr, mais au vu de ces chiffres, il convient de savoir ce qu’il faut faire en cas d’accident de vélo. Même si nous espérons que vous ne vous trouverez jamais dans une telle situation, voici un petit guide avec les actions que nous vous recommandons de prendre :

Si vous avez subi un accident et que vous avez une assurance

Cycliste au sol

Avant de contacter votre compagnie d’assurance et de faire une réclamation, il est conseillé de suivre une série de démarches préliminaires. Évidemment, tant que vous n’avez pas besoin de soins médicaux urgents.

1- Faites une évaluation rapide des dommages subis.

Si l’accident a causé des blessures de toutes sortes à vous ou à d’autres personnes, évaluez l’étendue des blessures et contactez les services médicaux.

Si vous en êtes capable, mettez en œuvre le protocole PAS (Protect, Alert and Aid), une mesure qui contribue grandement à réduire les dommages subis par les victimes d’un accident et, dans le cas de blessures graves, peut même sauver leur vie.

2- Signalez l’accident à la police et aux services médicaux d’urgence.

En France, la plupart des accidents impliquant des cyclistes sont causés par des véhicules à moteur.

Lorsqu’un accident se produit, mais encore plus s’il y a des blessés, il doit être signalé aux forces et corps de sécurité de l’État, qui établiront un rapport sur ce qui s’est passé.

Fournissez toutes les informations demandées, telles que le numéro d’immatriculation de l’autre véhicule, le modèle et la couleur, les circonstances de l’accident, etc.

En ce qui concerne les services médicaux d’urgence, si nous sommes soignés sur place, nous recevrons un rapport médical que nous devons conserver et qui indiquera les dommages ou les blessures que nous avons subis. Si nous sommes emmenés dans un centre de soins, comme un hôpital, nous subirons plusieurs tests pour déterminer l’étendue des blessures et nous recevrons également le rapport médical mentionné ci-dessus.

3- Obtenez le plus d’informations possible sur l’accident.

Plus vous obtiendrez d’informations sur la façon dont l’accident s’est produit et sur l’autre partie impliquée, plus vous aurez de garanties devant la loi.

Essayez d’obtenir des informations complètes sur l’autre personne : noms et prénoms, modèle et marque du véhicule, numéro de plaque d’immatriculation, compagnie d’assurance, etc.

Bien que la déclaration officielle reflète tout cela, vous pouvez demander les coordonnées de tout témoin de l’accident et même prendre des photos qui valident et appuient votre version de ce qui s’est passé et sur lesquelles vous pouvez voir des traces de freinage au sol, du mobilier urbain cassé, etc.

3- Contactez votre compagnie d’assurance

Si vous avez une assurance vélo, contactez immédiatement votre compagnie d’assurance pour lui dire ce qui s’est passé. Ils vous conseilleront sur toutes les démarches juridiques à entreprendre à partir de ce moment.

Si vous n’êtes pas responsable de l’accident, contactez la compagnie qui assure le véhicule ayant causé l’accident. Ils vous demanderont des documents médicaux et, dans certains cas, vous devrez subir une évaluation par leurs services de soins de santé.

Les entreprises proposent un montant compensatoire pour ces dommages, que nous pouvons accepter ou non en fonction de ce que nous considérons.

Dans tous les cas, n’oubliez pas que vous pouvez toujours demander un rapport privé que nous paierions à nos frais ou un rapport de l’Institut de médecine légale et des sciences médico-légales. À partir de là, vous pouvez négocier à nouveau pour parvenir à un accord ou aller directement au procès, ce qui est la solution la plus courante.

Il ne faut pas oublier que si nous avons un accident en faisant de la bicyclette, nous pouvons non seulement demander une indemnisation pour les dommages physiques subis, mais il est également légal de demander une indemnisation pour la casse ou les dommages aux biens matériels, tels que la bicyclette, nos vêtements et tous les accessoires que nous avions et qui ont été endommagés.

N’oubliez pas que si vous êtes fédéré en tant que cycliste, vous avez une assurance Responsabilité Civile.

Si vous avez subi un accident et que vous n’avez pas d’assurance

Signature d'un contrat d'assurance

Par rapport au cas précédent, pour lequel nous disposons d’une assurance, nous devons suivre les mêmes indications concernant l’évaluation des dommages subis, mettre en œuvre le protocole PAS et notifier tant les services sanitaires que la Police.

Le fait que vous n’ayez pas d’assurance vélo signifie que, dans le cas où vous êtes responsable de l’accident, vous serez responsable des dommages causés. Cela signifie que vous devrez payer une indemnité pour compenser ces dommages.

Il se peut que votre assurance habitation puisse couvrir à la fois l’indemnisation et votre responsabilité envers les tiers, car ce type d’assurance offre une responsabilité civile familiale ou privée. Il est donc essentiel de les contacter pour savoir en détail si vous pouvez en bénéficier ou non.

La compagnie auprès de laquelle vous avez assuré votre habitation peut vous fournir un service d’assistance juridique qui vous sera très utile, bien qu’il soit conseillé de demander une seconde opinion à un avocat externe, qui s’occupera directement de vos intérêts et laissera de côté ceux de la compagnie. N’oubliez pas que le logement que vous avez assuré doit être votre lieu de résidence habituel et principal pour pouvoir bénéficier de la garantie Responsabilité civile.

Written by
Tuvalum
Join the discussion

Tuvalum Blog

Menu